Attention, ceci est l'archivage statique d'un ancien site qui a maintenant disparu. En savoir plus.

   
 
   
 

Castor Troy : Hello ? This is Sean Archer.
Sean Archer : Well, if you are Sean Archer, I guess I'm Castor Troy.

Sean Archer (John Travolta), policier meurtri par l'assassinat de son jeune fils, poursuit implacablement celui qui a détruit ça vie, Castor Troy (Nicolas Cage).

A l'issu d'une opération musclée, celui-ci se retrouve dans un profond coma, et son frère névrotique Pollux est écroué. Apprenant qu'une bombe a été placée dans Los Angeles par Castor Troy, il est contraint d'accepter une folie, revêtir, grâce à une opération de chirurgie esthétique très poussée, l'apparence physique de Castor Troy, pour obtenir les confidences de Pollux.

Placé dans la même prison que Pollux, Sean Archer (Nicolas Cage) doit aller contre ses principes et agir comme le ferait Castor. Le réveil de celui-ci, qui va à son tour voler l'image et l'identité de Sean Archer, ainsi que détruire toute preuve de l'échange, va bouleverser les plans de celui-ci.

Sean Archer devient alors aux yeux de tous un criminel, alors que Castor Troy (John Travolta) devient un héros en désamorçant la bombe meurtrière qu'il avait auparavant posée !!!

Il s'agira pour Sean Archer de convaincre, par tous les moyens, qu'il n'est pas celui que l'on croit voir, et cela n'est possible qu'en s'évadant.

Libéré de la pression des producteurs hollywoodiens qui limitaient ses choix, John Woo s'exprime enfin à Hollywood comme au bon vieux temps où il était encore à Hong Kong.

On retrouve dans Volte face l'un des éléments redondants de ses films de la période hong-kongaise, l'articulation du scénario autour de la dualité de deux personnages qui sont à la fois opposés, et rapprochés par des points communs.

Retrouver son identité implique pour chacun des deux personnages un parcours dont seul l'un peut en réchapper, parcours étoffé d'excellentes scènes d'actions propices à faire souffrir les deux ennemis. Ces scènes d'action sont une pruve évidente de la liberté retrouvée de John Woo.

L'originalité du scénario de Mike Werb et Michael Colleary, est d'obliger le spectateur à s'attacher à un personnage, et non pas à son interprète. L'excellent jeu de Nicolas Cage et John Travolta permet au spectateur d'identifier le personnage en fonction de ses actions et non de son physique.

La musique efficace de John Powell et les effets sonores nommés aux Oscars 1998 contribuent bien évidemment à rendre l'atmosphère du film particulièrement stressante.

Ce film d'une durée de 2h19 (soit 3960 mètres ...), a été tourné en 35 mm Panavision, avec un rapport 2.35:1.

Il est sorti sur les écrans français le 10 septembre 1997, sous l'égide de Gaumon Buena Vista International, et en vidéo le 18 août 1998.